Retour au menu des oeuvres

Giovanni Giuliani
(Venise, 1663 - Heiligenkreuz, 1744)

Le baiser de Judas
Début du XVIII siècle

Bois avec restes de dorure
Brno, Musée municipal

Voir l'oeuvre au format plein écran

Comme dans ses groupes de sculptures ayant pour thème les Adieux du Christ à la Vierge Marie, conservés au musée du couvent à Heiligenkreuz en Autriche et dans le musée municipal à Bratislava, Giuliani traite dans le Baiser de Judas (Matthieu 26 ; 49) le motif typiquement berninien du mouvement fixé en un instant, ici la rencontre du Christ et de Judas. Le thème dramatique de la trahison est exprimé par des moyens sculpturaux, à savoir par le contraste dans la conception même des figures : celle du Christ, repliée sur elle-même et acceptant son sort, caractérisée par des gestes calmes et une draperie disposée en formes régulières, et celle de Judas, s'approchant du Christ en hâte, interprétée d'une manière hautement expressive : le sculpteur la rendit, à part un pied avancé, par une gesticulation dramatique s'épanouissant largement dans l'espace et par l'habit s'enflant autour du corps comme si un vent le faisait flotter.

Toute la conception formelle des figures traduit l'attitude et la méthode personnelles du sculpteur Giuliani. Sa paternité est visible dans le traitement des visages et dans le modèle délicat, et profondément allégé à coups de ciseau, des draperies chez les deux personnages ; sa fonction n'est pas seulement formelle mais également symbolique.

La sculpture est d'autant plus précieuse que sa réalisation – de haute qualité - se passa de la participation de collaborateurs ou d'aides, ce qui était souvent l'usage dans les ouvrages importants de Giuliani.