Retour au menu des oeuvres

Andreas Schweigl
Brno 1735– 1812

Saint Constantin
1764–1766

Bois doré, hauteur de 200 cm
Opava, Musée de Silésie

Voir l'oeuvre au format plein écran

Les deux statues de Ste. Hélène et St.Constantin décoraient le maître-autel dans l'église de pèlerinage à Cvilin près de Krnov, bâtie grâce aux soins du couvent des frères mineurs établis à Krnov en Silésie. L'église fut achevée en 1728 et consacrée en 1731. Le tabernacle au tableau de la Vierge-Marie-des-Douleurs, objet de vénération, était adoré par des anges et par deux saints, situés chacun à côté des colonnes, sainte Hélène et saint Constantin, étroitement liés à l'événement de la découverte de la croix du christ et de sa glorification.

Les figures se distinguent par le caractère noble et solennel que souligne toute la composition, équilibrée et harmonieuse. Le contour de la sainte, légèrement raide et penchée en arrière, est ferme, tandis que son homologue se caractérise par un contrapposto et un mouvement du bras droit plus développés dans l'espace. La clarté de ces deux figures leur donne une lumière particulière. L'intention du sculpteur n'est pas voilée par le traitement de surface du bois, léger et détaillé, dont Schweigl sut se servir. L'habit de chaque personnage est mis en relief notamment par les longues rayures au ciseau, serrées et verticales, peu profondes, par les franges aux bords de l'habit et par d'autres éléments ornementaux que le sculpteur utilisa abondamment. Sainte Hélène fut primitivement ceinte d'une couronne royale, et un collier de fleurs décorait sa nuque. Saint Constantin, en habit militaire de style antique, est coiffé d'un casque au plumet aérien, le corps enserré de chaînes, les chaussures décorées d'ornements.

Le raffinement des deux statues se manifeste aussi dans la morphologie de leurs visages stylisés, dans leur physionomie un peu réservée. Toute la conception des statues, exploitant le détail sculpté avant tout, invite à supposer qu'en les créant, Andreas Schweigl prit pour point de départ des modèles ou bien des bozetti de son père, Anton Schweigl (1695-1761), et qu'il profita de l'expérience de ce dernier.