Les différents courants du XIXe siècle

Le XIXe siècle est pour l'art un siècle contrasté où se côtoient le meilleur et le pire, le plus conventionnel et le plus révolutionnaire. Les divers courants se succèdent avec rapidité, apportant chacun leur lot d'innovations, aussitôt remises en cause par un artiste dont la personnalité marquante est le noyau d'une nouvelle école.

Le XIXe siècle s'ouvre avec le néo-classicisme sous la conduite de David, qui puise les sources de son art chez Poussin et dans la culture grecque et romaine, influençant toute une génération d'artistes comme Meynier ou Bertin. Son meilleur élève, Ingres poursuit la voie d'une peinture lisse, aux formes pures en y ajoutant toutefois un certain goût pour la déformation. C'est chez Amaury-Duval que l'ingrisme trouvera son meilleur défenseur, dans des portraits sans concession où le contour net et la facture émaillée ne font pas oublier les disgrâces du modèle.

Parallèlement, un goût pour un réalisme brutal naît dans le sillage d'artistes comme Géricault et Delacroix, donnant naissance au Romantisme. Le Salon de 1824, où est présentée l'œuvre de ce dernier Les Massacres de Scio est aussi celui où sera remarqué Le Massacre des Innocents de Cogniet. Ces deux œuvres qui montrent la douleur et l'émotion du peuple grec massacré par les Turcs sont en prise directe avec l'actualité et consacrent la naissance du mouvement romantique.

C'est avec la deuxième moitié du siècle que les révolutions picturales sont les plus radicales. Les Impressionnistes consacrent le triomphe de la couleur pure, du travail en plein air et des thèmes empruntés à la réalité la plus quotidienne. Leur peinture rencontrant les quolibets et la critique, est refusée aux Salons et trouve auprès des poètes et écrivains comme Baudelaire et Zola, d'ardents défenseurs. A leur suite, les artistes de l'Ecole de Pont-Aven, Gauguin, Sérusier et Bernard, recherchent un certain primitivisme dans la Bretagne encore épargnée par l'industrialisation, et franchissent un pas de plus vers une peinture d'imagination construite par des aplats de couleur pure.